La boucle aux murmures

Ceci est une traduction d'un article de Scott Alexander sur LiveJournal (en anglais). Les crédits sont là.

This is a translation of a LiveJournal post by Scott Alexander (in English). Credits here.


Dans les caves aux trésors de Til Iosophrang, repose la Boucle aux Murmures, profondément ensevelie sous un tas d'or où elle ne peut plus causer de mal.

La boucle d'oreille est un petit tétraèdre de topaze, accrochée à un fil d'or fin. Une fois attachée, elle murmure à l'oreille du porteur : « Il vaut mieux pour toi que tu m'enlèves. » Si le porteur ignore cet avis, la boucle ne répète plus jamais cette première suggestion.

Après cela, lorsque le porteur prend une décision, la boucle murmure ses conseils, toujours sous la forme « Il vaut mieux pour toi que... » La boucle a toujours raison. Elle ne donne pas toujours le meilleur avis possible dans chaque situation. Elle ne rendra pas nécessairement son porteur roi, ni ne l'aidera à résoudre les problèmes du monde. Mais son avis est toujours meilleur que celui auquel le porteur aurait pu parvenir de lui-même.

Elle n'est pas une stratège, vous donnant des instructions afin d'accomplir un objectif lointain. Elle vous dit toujours ce qui vous rendra le plus heureux. Si réussir dans votre travail vous rendrait le plus heureux, elle vous dira comment y parvenir de la meilleure façon. Si vous seriez plus heureux de bâcler votre boulot, de rentrer chez vous et de passer le reste de votre journée plongé dans de vagues fantasmes sexuels, la boucle vous dira de le faire. La boucle n'a jamais tort.

Le Livre des Sombres Vagues renferme l'histoire de deux cent soixante-quatorze personnes ayant précédemment porté la Boucle aux Murmures. Dans aucun témoignage, le porteur ne regrette d'avoir suivi l'avis de la boucle d'oreille. Tous les témoignages de ceux qui lui ont désobéi sont empreints de regret. La boucle a toujours raison.

La boucle commence par offrir des suggestions limitées aux décisions importantes de la vie. Cependant, une fois habituée au porteur, elle deviendra plus grégaire, et donnera son avis sur tout et n'importe quoi, depuis l'heure du coucher au contenu du petit-déjeuner. Si vous suivez ses conseils, vous trouverez que votre petit-déjeuner était vraiment satisfaisant, que c'était exactement ce que vous vouliez manger ce matin-là même si vous ne le saviez pas vous-même. La boucle n'a jamais tort.

Une fois qu'elle devient complètement accoutumée à son porteur, elle commence à parler dans sa langue maternelle, une série de sifflements et de clics à haute fréquence qui correspondent aux mouvements individuels des muscles. Au début, ce langage paraît alien et déconcertant, mais par la magie de la boucle d'oreille, il prend de plus en plus de sens. Les ordres de la boucle ne sont plus aussi lourds de conséquences que, par exemple, « Deviens soldat ». Les ordres de la boucle ne sont même plus aussi simples que « Prends du pain au petit-déjeuner ». Ils ressemblent plus à « Contracte ton biceps à environ trente-cinq pourcents » ou « Articule la lettre P ». La boucle a toujours raison. Ces mouvements musculaires feront sans doute partie d'un plan surnaturellement efficace pour accomplir vos objectifs du moment, quels qu'ils soient.

Bientôt, la rétroaction positive et la force de l'habitude ont fait leur travail. Les liens entre les sifflements et clics de la boucle d'oreille et les mouvements musculaires sont devenus instinctifs, aussi inconscients que le réflexe de sauter lorsque quelqu'un pousse un cri inattendu derrière vous.

À ce stade, le comportement de la boucle ne change plus. Le porteur passe une vie anormalement réussie, finissant la plupart du temps riche, aimé de sa communauté (dont il est un des piliers), et entouré d'une famille grande et heureuse.

Lorsque Kadmi Rachumion vint à Til Iosophrang, il fut pris d'un intérêt inhabituel concernant la boucle d'oreille. Premièrement, il confirma, à partir des archives et des témoignages de tous les porteurs encore vivants, que la première suggestion de la boucle était toujours de l'enlever. Deuxièmement, il passa un certain temps à interroger les Prêtres de la Beauté, qui admirent finalement que lorsque les dépouilles des porteurs furent préparées pour leur enterrement, il fut noté que leur cerveau était curieusement déformé : leur néocortex s'était atrophié, et la majeure partie de leur masse était constituée des régions moyenne et inférieure anormalement hypertrophiées, en particulier celles associées aux réflexes.

Enfin, Kadmi-nomai requit la boucle d'oreille du Haut Prêtre de la Joie de Til Iosophrang, qui lui fut donnée. Après avoir troué son propre lobe d'oreille avec la pointe de l'Étoile Perçante, il accrocha la boucle et conversa avec elle deux heures durant, lui posant diverses questions en Kalas, en Kadhamique, et dans sa propre langue. Il enleva ensuite l'artefact, recommandant qu'il soit enfermé dans les parties les plus profondes et inaccessibles des caves aux trésors, suggestion que les Iosophréliens décidèrent de suivre.

Niderion-nomai commente ceci : il est bon que nous soyons si stupides, ou bien nous gâcherions le peu de liberté que nous avons. C'est pour cela que le Livre de la Froide Pluie énonce que nul ne doit jamais prendre le plus court chemin entre deux points.


NDT : l'objectif de l'auteur est d'illustrer le danger de percevoir trop clairement ses propres préférences, ainsi que les conséquences de ses actes, et de toujours pouvoir faire un choix éclairé. Il développe ce point de vue dans l'article suivant, non encore traduit.


Crédits de traduction

Translation credits

Retour en haut - Back to top